(AGENPARL) – ESCH -ALZETTE (LUXEMBOURG), ven 04 giugno 2021

DAP ou Data Analytic Platform. Ce nom n’évoquera sans doute pas grand-chose à la majorité d’entre vous. Pourtant, il cache un projet ambitieux, développé main dans la main par Fujitsu et le LIST (Luxembourg Institute of Science and Technology). Le point de départ de cette initiative née en 2016 était en effet de développer un outil de traitement de la donnée qui offrirait une puissance de calcul encore inédite au Luxembourg. Couplé à ce superordinateur, un écran géant de 7 mètres de long devait permettre de visualiser les données traitées en un clin d’œil et de voir comment elles évoluent lorsqu’on modifie certaines variables. 

Une aide précieuse dans le cadre du COVID 

Après plusieurs années de travail, la DAP et son écran géant sont aujourd’hui fonctionnels. Installé dans les locaux du LIST, à Belvaux, cet outil à la pointe de la technologie constitue une aide précieuse à la décision, notamment pour les pouvoirs publics. Ainsi, dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, il est par exemple possible, grâce à la DAP, d’évaluer instantanément la façon dont évoluerait la situation dans le cas où les restaurants seraient rouverts à 50 ou à 100 %. La gestion de l’énergie et du renouvellement des infrastructures de distribution d’énergie à l’échelle d’un quartier pourrait aussi être améliorée par l’utilisation de cette plateforme. De quoi intéresser les grands opérateurs comme Enovos ou Creos. 

Les différents exemples sur lesquels travaille déjà le LIST permettent surtout de se rendre compte, de façon très concrète, de l’importance que peut avoir la donnée lorsqu’elle est traitée par des outils suffisamment puissants. Les chercheurs du LIST mènent d’ailleurs un projet visant, grâce à la DAP, à créer une « réplique numérique » du Luxembourg qui représenterait tous les aspects du pays (espaces naturels, infrastructures, biens produits, comportements humains, etc.). Un objectif impossible à réaliser sans une solution technologique à la hauteur. 

Une question de souveraineté 

Si des solutions de traitement de la donnée et d’intelligence artificielle de très haut niveau existent déjà, elles sont plutôt mises à disposition par des sociétés privées, souvent situées de l’autre côté de l’Atlantique. Pour le Luxembourg et l’Europe, l’élaboration de la DAP est donc une bonne nouvelle en matière de souveraineté. Elle permettra aux acteurs publics et privés de disposer d’un outil à la puissance inégalée, sans dépendre d’acteurs situés très loin de notre territoire et dont les intérêts peuvent diverger. 

Par ailleurs, le LIST et Fujitsu ont la volonté de mettre la DAP à disposition des sociétés luxembourgeoises afin de tester à moindres frais le développement d’une solution utilisant l’IA. L’absence d’une telle solution joue en effet énormément dans la réticence des entreprises à se lancer véritablement dans l’intelligence artificielle. Le coût à assumer pour tester par soi-même de telles technologies est trop important, considérant en outre qu’il est impossible de savoir à l’avance quels seront les résultats. Pourtant, l’intelligence artificielle appliquée au traitement de la donnée est une technologie qui peut s’avérer cruciale dans certains secteurs. 

Grâce au projet DAP, le Luxembourg se dote donc d’un nouveau levier pour accélérer la transition digitale de ses entreprises, tout en offrant à chacun une plus grande sécurité en ce qui concerne le traitement des données.  

Quentin Deuxant 

Fonte/Source: https://www.list.lu/media-centre/press/comment-lia-peut-nous-aider-a-mieux-decider/